Prix du blé en 2024 : prévisions et tendances du marché

Selon les dernières données de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le prix du blé a connu une hausse spectaculaire en 2023, atteignant des sommets jamais vus depuis la crise alimentaire mondiale de 2008. Cette augmentation a des répercussions non seulement sur les agriculteurs et les consommateurs, mais aussi sur l’économie mondiale dans son ensemble. Alors que nous entamons l’année 2024, quels sont les facteurs qui influencent le cours du blé et comment ces derniers pourraient-ils évoluer dans les mois à venir ? Retour sur une tendance qui secoue le marché mondial des céréales.

La fluctuation du cours du blé en 2024

En 2024, le cours du blé est un sujet d’intérêt majeur pour les agriculteurs et les acteurs du marché. Selon les informations fournies par les cours et marchés du blé tendre, il faut suivre de près l’évolution de ce cours. La cotation et les prix du blé tendre peuvent fluctuer en fonction de divers facteurs tels que la demande, l’offre et les risques de maladies. Pour se tenir informé des risques maladies du blé, il est possible de s’inscrire gratuitement à Info’risque Septo Rouilles, qui envoie des alertes sur les risques maladies dans votre région.

la Lettre d’Infos Agro propose des actualités dédiées aux thématiques et cultures agricoles, ainsi que des avis d’experts. Pour faciliter la protection des cultures, l’assistant mobile AgAssist met à disposition gratuitement un catalogue complet des solutions phytosanitaires disponibles. Pour avoir un guide pratique sur la réglementation et les bonnes pratiques en matière de protection des cultures, il est possible de découvrir la version digitale de Mes “Antisèches” phytos, qui réunit l’essentiel de ces informations sous forme de fiches pédagogiques.

Le marché du blé et ses cotations

Le marché du blé est en constante évolution et il faut se tenir informé des dernières cotations pour anticiper les fluctuations des prix. En ce qui concerne le prix du blé en 2024, le contrat mars 2024 a connu une hausse de 1,75 €/t jeudi soir, atteignant ainsi 212,50 €/t. N’oublions pas que le cours tente de former un point de soutien aux alentours de 210 €/t.

Les cotations du marché à terme du blé tendre sont affichées pour différentes échéances, fournissant ainsi les derniers prix, les variations, les volumes, les achats et les ventes. Par exemple, pour l’échéance de mars 2024, le dernier prix s’établit à 209,00 €/t, avec une variation positive de +3,75 €/t. Le volume de contrats s’élève à 4, tandis que le prix d’achat est fixé à 208,5 €/t et le prix de vente à 210 €/t. Les autres échéances sont également mentionnées, chacune avec ses caractéristiques spécifiques.

Les facteurs influençant le cours du blé

Quel est le cours du blé en 2024 ? C’est la question qui brûle les lèvres de nombreux acteurs du marché agricole. Les chiffres sont clairs : les prix du blé oscillent autour de 225 €/t, une situation qui ne semble pas vouloir s’améliorer. Le blé peine à se redresser face à la pression de l’eurodollar et à la concurrence féroce de la mer Noire. Les cours du blé sont bloqués dans une tendance stable à la baisse sur Euronext, et la parité eurodollar ainsi que la concurrence de la mer Noire tirent les prix européens vers le bas.

une demande internationale morose contribue à la dégradation des prix. Il y a un rayon d’espoir pour les agriculteurs français. Les chantiers de semis en France sont au centre des préoccupations et les conditions climatiques plus favorables ont permis une accélération des travaux. Mais attention, un retour des averses est anticipé en seconde partie de semaine, ce qui pourrait encore compliquer la situation. Le maïs suit également une tendance stable à la baisse, suivant les traces du blé. Peu avant 14h00, le blé Euronext à échéance mars 2024 stagnait à 225,75 €/t, tandis que le contrat décembre 2023 chutait de 0,25 €/t, à 218,75 €/t. Quant au maïs Euronext à livraison mars 2024, il se contractait de 0,25 €/t, à 204,50 €/t, tandis que le terme novembre 2024 progressait de 0,25 €/t, à 213,50 €/t.

Impact des conditions climatiques sur le prix du blé en 2024

Les conditions météorologiques jouent un rôle capital dans la détermination du prix du blé. Des conditions climatiques défavorables peuvent entraîner une diminution de la production de blé, ce qui peut à son tour augmenter le prix du blé sur le marché. Par exemple, en 2024, des conditions météorologiques extrêmes, telles que des sécheresses ou des inondations, pourraient avoir un impact significatif sur le prix du blé.

les changements climatiques à long terme peuvent également affecter le prix du blé. Ces changements peuvent modifier les conditions de croissance du blé, ce qui peut à son tour affecter la quantité de blé disponible sur le marché. Par conséquent, les agriculteurs et les acteurs du marché doivent surveiller de près les prévisions météorologiques et climatiques afin de pouvoir anticiper les fluctuations possibles du prix du blé.

précisons que les politiques environnementales peuvent également influencer le prix du blé. Par exemple, les politiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre peuvent entraîner une augmentation des coûts de production du blé, ce qui peut à son tour augmenter le prix du blé sur le marché. Par conséquent, les agriculteurs et les acteurs du marché doivent également tenir compte des politiques environnementales lorsqu’ils évaluent le prix futur du blé.

Insécurité alimentaire : la guerre du blé – le dessous des cartes – l’essentiel | arte

Lucas (Le Mans) : « L’azote a quadruplé en 2 ans »

En tant qu’agriculteur au Mans, je peux témoigner de la réalité du coût des intrants et du carburant. Le prix de l’azote, un élément essentiel pour nos cultures, a littéralement quadruplé en deux ans. Cette augmentation a eu un impact considérable sur ma décision concernant la surface de culture de blé et d’orge. J’ai dû envisager de réduire cette surface d’environ 30% et de la remplacer par des cultures moins gourmandes en azote, comme le tournesol, les pois ou la luzerne.

la décision de choisir les cultures à semer est généralement prise un an à l’avance. Les coûts de production et les prix de vente ne sont pas connus à ce moment-là, ce qui rend la planification difficile. La remise en culture des jachères, autorisée au niveau européen, n’a pas d’impact sur mon exploitation car je n’ai pas de jachère. À la place, je dois mettre en place des surfaces d’intérêt écologique.

il est prévu au niveau européen que 4 millions d’hectares soient remis en culture. Cela représente moins de 10% de la surface cultivée en France, ce qui montre que les défis auxquels nous sommes confrontés en termes de coûts de production, de choix des cultures et de réglementations européennes sont loin d’être résolus.

Alicia Salvadores
A propos de l'Auteur
Alicia Salvadores
Je m'appelle Alicia Salvadores et je suis titulaire d'un MBA en management international. J'ai fondé indice-general.com afin de donner des conseils en investissement et en management.

A voir aussi

Laisser un commentaire